Michel Ocelot

Artificier de l'imaginaire

Château d'Annecy
dal 4 Giugno al 11 Ottobre 2021

The exhibition

L’œuvre de Michel Ocelot est fortement associée à l’enfance. Cette image aurait été gravée au fer rouge sur son front d’après l’auteur, qui dit pourtant n’avoir jamais fait de "films pour les enfants".
La place que tient son film Kirikou et la sorcière dans l’histoire de l’animation et l’attachement suscité par son héros – un enfant aussi petit qu’ingénieux - n’y sont sûrement pas étrangers. L’exposition propose d’interroger la manière dont l’enfance, notamment à travers le choix du langage des contes et du médium de l’animation, sert à Michel Ocelot de masque à travers lequel il s’adresse autant au jeune public qu’aux adultes. L’art de l’animation, tout comme le conte, souvent estampillés "pour enfants", permettent à l’auteur de traiter de sujets au cœur de notre société. Son œuvre peut même se faire militante, engagée en faveur des valeurs qu’il défend.
Les enfants se voient attribuer une place importante dans son œuvre. C’est à travers leur parole que la voix du réalisateur semble se faire entendre.
Les films de Michel Ocelot révèlent son regard tendre sur les enfants qui seraient encore libres des préjugés des adultes. Pour lui, "l’enfance c’est beau et tous les rêves sont encore permis".
Cette première grande exposition dédiée à Michel Ocelot aborde le parcours de l’artiste à travers une sélection d’œuvres tirées de ses archives personnelles, la plupart présentée au public pour la première fois.

The catalogue

Auteur d’une œuvre conséquente qui bouscule les pratiques courantes dans l’animation et d’un film, Kirikou et la sorcière (1998), qui marque un tournant décisif pour l’industrie de l’animation française, Michel Ocelot s’impose comme l’une des figures majeures de cet art.
Ses films d’animation sont reconnaissables, entre autres, à leurs compositions élégantes et à leurs décors somptueux, héritage des théâtres en papier de l’Imagerie d’Épinal. Ils célèbrent par leur esthétique et leur mise en scène l’artifice de la représentation et le plaisir du spectacle. L’artiste cherche ainsi à stimuler l’imaginaire et à créer une complicité avec le spectateur. Il lui ouvre les portes d’un univers enchanteur, sans jamais perdre pied avec la réalité.
Sous couvert d’une apparente innocence, conférée par le registre du conte et de l’animation, Michel Ocelot livre une œuvre engagée, tant par son discours sur la société que par sa réflexion sur l’art de l’animation.
À travers une sélection d’œuvres tirées principalement de ses archives personnelles, dont de nombreuses pièces inédites, le lecteur est invité à découvrir les multiples sources d’inspirations artistiques de cet artificier de l’imaginaire.