Portraits en majesté

François de Troy, Nicolas de Largillierre, Hyacinthe Rigaud

Perpignan, Musée d'art Hyacinthe Rigaud
dal 26 Giugno al 7 Novembre 2021

The exhibition

S’inscrivant naturellement dans la programmation du musée d’art Hyacinthe Rigaud dont les collections accordent une large place à l’enfant du pays, Portraits en majesté bénéficie d’un partenariat exceptionnel avec le musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.
Portraits en majesté valorise de façon inédite – puisque c’est la première fois qu’un tel rapprochement est proposé – les trois artistes français qui, de Louis XIV à Louis XV ont révolutionné l’art du portrait : François de Troy (1645-1730), Nicolas de Largillierre (1656-1746) et Hyacinthe Rigaud (1659-1743), au travers d’une sélection généreuse et exigeante de leurs plus belles œuvres qui transcendent le genre et s’imposent avant tout pour leur esthétique. Chaque salle souligne tant la singularité de la matière des trois peintres que les éléments de vocabulaire (format, veine, modèle, composition…) relevant d’une inspiration commune.
Le rapprochement de leurs œuvres met en exergue le fait que le portrait, tels que de Troy, de Largillierre et Rigaud le conçurent, se voulait une création d’art total, réunissant en son sein tous les genres.

The catalogue

Au cours de son règne – le plus long de l’histoire de France – Louis XIV accorda aux arts une place centrale dans l’accompagnement de son projet politique : architecture, peinture, sculpture, musique ou danse bénéficièrent ainsi d’un mécénat royal quasiment sans limite. Représentant les acteurs de cet âge d’or, le portrait peint trouva particulièrement à s’y épanouir, surtout à partir des années 1680, lorsque trois artistes, concurrents mais amis, entreprirent de renouveler le modèle trop sage du portrait classique en lui insufflant un élan baroque inattendu.
François de Troy (1645-1730), Nicolas de Largillierre (1656-1746) et Hyacinthe Rigaud (1649-1753) révolutionnèrent ainsi la syntaxe du portrait français et, plus généralement, du grand portrait d’apparat européen. Habiles à varier incessamment sur un schéma de composition très contraignant – celui du triangle de base de la figuration humaine – ils donnèrent au genre ses lettres de noblesse en le hissant à un niveau de difficulté de conception et de qualité d’exécution au moins égal à celui des grands tableaux d’histoire.
Accompagnant l’exposition d’une centaine de chefs-d’œuvre, ce livre étudie les modalités pratiques, théoriques et esthétiques de l’art du portrait français à son apogée.

Perpignan, Musée Hyacinthe Rigaud, juin - novembre 2021