Troisième biennale des photographes du monde arabe contemporain

Parigi, Institut du Monde Arabe
dal 11 Settembre al 24 Novembre 2019

The exhibition

La Biennale des photographes du monde arabe contemporain se déroulera simultanément dans neuf lieux parisiens : l’IMA, la MEP, la Cité internationale des arts, la Mairie du 4e, la Galerie Clémentine de la Féronnière, la Galerie Agathe Gaillard, la Galerie XII, la Galerie Basia Embiricos et Graine de photographe, dessinant un parcours pluriel à travers les différents regards des photographes contemporains sur le monde arabe.
Chacun des lieux d’exposition présentera à la fois les travaux de créateurs issus du monde arabe, résidant dans leur propre pays ou « parlant » depuis un autre rivage, et les œuvres d’artistes étrangers témoignant eux aussi de la réalité des pays arabes. Le mélange des cultures et le dialogue des sensibilités est au cœur de la Biennale.

Le Liban à l'honneur à l'IMA
Les années de guerre civile au Liban (1975-1990) ont profondément marqué les photographes. Le besoin d’entretenir la mémoire d’un patrimoine architectural perdu, de montrer les stigmates du conflit, semblait au cœur de leurs préoccupations artistiques. Certains travaux actuels en conservent la mémoire ; mais une nouvelle génération s’en détache et aborde des thématiques inédites.
C’est cette nouvelle génération qui est à découvrir à l’IMA. Créateurs reconnus ou encore peu montrés en France, les artistes participent d’une effervescence artistique qui transparaît au fil du parcours. La plupart sont libanais, même si certains ont décidé de vivre ailleurs tout en continuant de produire des œuvres dans et sur leur pays. Quelques-uns sont des « étrangers » de passage et ont donné du Liban une vision marquée de l’empreinte de leur propre culture ; d’autres encore ont choisi de s’y installer. Cette diversité de motifs et d’approches, ce dialogue des sensibilités nourrit l’esprit de l’exposition. Les œuvres exposées ont pour l'essentiel été réalisées au cours des années 2010.

The catalogue

Les photographes réunis ici participent d’une effervescence artistique qui transparaît dans le Liban d’aujourd’hui.
Libanais pour l’essentiel, quelques travaux cependant sont l’œuvre d’« étrangers » qui donnent du territoire une vision marquée par l’empreinte de leur culture. Cette diversité d’approches nourrit le choix des photographies pour la plupart réalisées au cours de la dernière décennie.
Une première séquence est en prise avec la réalité géographique, urbaine et sociale. Mais place est ensuite laissée à des œuvres qui expriment la quête d’un ailleurs et cultivent l’imaginaire. L’ensemble croise des essais et des entretiens avec des personnalités qui témoignent de la richesse des actions et de la réflexion en direction de la photographie au Liban.

Paris, Institut du Monde Arabe, septembre - novembre 2019