Plon-Plon
un Bonaparte rouge et or

Ville d'Ajaccio, Palais Fesch
dal 24 Giugno al 2 Ottobre 2023

The exhibition

Du 24 juin au 2 octobre 2023 le Palais Fesch-musée des Beaux-Arts d’Ajaccio accueille l'exposition Plon-Plon, un Bonaparte rouge et or, consacrée - après l'exposition consacrée à la princesse Mathilde en 2019 - à une personnalité majeure du monde des arts sous le Second Empire: le prince Napoléon (1822-1891), fils du roi Jérôme, frère de la princesse et cousin de l’empereur Napoléon III.
Celui que la postérité a retenu sous le sobriquet infantile de « Plon-Plon », qui fut sans doute le Bonaparte le plus vilipendé de son temps et dont la « légende noire » n’a voulu faire qu’un simple agitateur au mode de vie dissolu et aux liaisons tapageuses, enfant gâté se complaisant, sur les marches du trône, dans une posture d’opposition, essaya en réalité – sans toujours y parvenir – d’incarner au sein de la famille impériale et face aux réactionnaires de tous bords, un véritable idéal politique républicain et socialiste, un bonapartisme radical fidèle aux idées de la Révolution, antiesclavagiste et anticlérical, ayant foi dans le progrès des arts et de la science, le principe des nationalités et la liberté des peuples.

L’exposition s’attachera à montrer comment la curiosité intellectuelle et les idéaux saint-simoniens du prince ont trouvé à s’exprimer lors de ses très nombreuses expéditions – entreprises pour des raisons militaires, diplomatiques ou scientifiques – dans toute l’Europe, en Méditerranée et jusqu’aux États-Unis. De ces voyages – sans doute fut-il, en son temps, le Bonaparte à avoir le plus parcouru le monde – le prince rapporta récits, photographies, objets ethnographiques et échantillons naturels dont il fit don au Muséum et à d’autres institutions du savoir.

En savoir plus

The catalogue

Le prince Napoléon est le fils du roi Jérôme – le plus jeune frère de Napoléon Ier  –, le frère de la princesse Mathilde et le cousin de Napoléon III. Sa ressemblance avec son oncle était frappante et il en joua. La postérité l’a retenu sous le sobriquet infantile de « Plon-Plon », lui qui s’appelait aussi Napoléon Bonaparte. Il fut sans doute le Bonaparte le plus vilipendé de son temps. La « légende noire » a voulu en faire un simple agitateur au mode de vie dissolu et aux liaisons tapageuses, un enfant gâté se complaisant, sur les marches du trône, dans une posture d’opposition. Il essaya en réalité d’incarner au sein de la famille impériale un véritable idéal politique républicain, un bonapartisme radical fidèle aux idées de la Révolution.
Son rôle dans la vie artistique française, et plus particulièrement son mécénat sous le Second Empire, n’ont jamais fait l’objet d’une exposition. Pour la première fois, sa collection d’art moderne est ici mise à l’honneur – il était proche d’Ingres, amateur de Delacroix, Gérôme et même de Courbet et le premier acheteur de Moreau. Mais ses collections d’antiquités et d’œuvres de la Renaissance italienne, ses résidences d’Altesse impériale, son rôle de président de la commission de l’Exposition universelle de 1855, ses liens avec les artistes, les actrices, les écrivains et les intellectuels (Sand, Dumas, Proudhon, Renan…) y sont également documentés. Le prince était enfin un grand voyageur, ayant dirigé des expéditions scientifiques, et un passionné d’archéologie, comme en témoigne sa Maison pompéienne, reconstitution en plein Paris d’une maison antique, utopie réalisée, en même temps que lieu de fêtes et mémorial de la famille Bonaparte.